Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 septembre 2010 3 29 /09 /septembre /2010 19:50

 

NATO__flag_.jpg

 

Ce rapport est une approche d'analyse stratégique de l'écart, entre les organismes et les institutions de gouvernance internationales actuelles, par rapport aux futurs défis mondiaux au cours des 15 prochaines années.

Comme toute analyse, ce rapport n’est pas une vérité absolue, c’est un produit de recherche et d'analyse du National Intelligence Council NIC et de L'European Union's Institute for Security Studies EUISS, grâce à une série de dialogues internationaux co-organisé par le Conseil de l'Atlantique, et d'autres organisations partenaires à Beijing, Tokyo, Dubaï, New Delhi, Pretoria, Sao Paulo et Brasilia , Moscou et Paris.

Le but recherché derrière la publication du rapport sur ce Blog, est de donner une idée sur la vision des plus forts du monde, pour la forme de la gouvernance "mondiale" dans un future proche. 

Voilà le résumé, selon les sources officielles de l’Atlantic council :

 

La gestion collective des problèmes mondiaux est dans un tournant critique.Bien que les insNATO.jpgtitutions de gouvernance mondiale aient accumulé de nombreux succès depuis la Seconde Guerre mondiale, le nombre croissant de questions sur l'agenda international, et leur complexité, évoluent plus rapidement que la capacité des organisations internationales et des gouvernements nationaux à faire face. 

Avec l'émergence d'une mondialisation rapide, les risques pour le système international ont augmenté, dans la mesure où les menaces anciennement localisé au niveau local, ne sont plus maîtrisé. Désormais elles sont potentiellement menaçantes pour la sécurité et la stabilité mondiales. 

Au début du siècle, des menaces telles que les conflits ethniques, les maladies infectieuses, et le terrorisme ainsi que d'une nouvelle génération de défis mondiaux, comme le changement climatique, la sécurité énergétique, la pénurie alimentaire et de l'eau, les flux migratoires internationaux, et les nouvelles technologies, sont de plus en plus au centre. 

Trois effets cette mondialisation rapide, augmentent le besoin pour une gouvernance mondiale plus efficace. 

L'interdépendance, est une caractéristique de la mondialisation économique depuis de nombreuses années, mais la montée de la Chine, de l'Inde, du Brésil, et bien d'autres économies à croissance rapide a pris l'interdépendance économique vers un autre niveau. 

Les multiples liens entre changement climatique et les questions de ressources, la crise économique et l'état de fragilité, illustrent le caractère interdépendant des défis sur la scène internationale d'aujourd'hui. 

La politique intérieure, crées de fortes contraintes sur la coopération internationale et réduit les possibilités de compromis.

Le passage vers un monde multipolaire complique aussi les perspectives d'une gouvernance mondiale efficace au cours des dix prochaines années. 

Le poids économique en pleine expansion des puissances émergentes, augmente leur influence politique bien au-delà de leurs frontières. Le pouvoir n'est pas seulement passer de pouvoirs établis pour les pays émergents et, dans une certaine mesure, les pays en développement, mais aussi vers les acteurs non étatiques.

Il éxiste divers points de vue et de conception de la gouvernance mondiale, et beaucoup la considére comme un concept occidental,ce qui va rendre plus difficile encore la maîtrise du nombre croissant des défis.

De ces points de vue ,en voilà des exemples émanants du Brésil,de Chine,d'Inde, de Russie et d'Afrique du Sud:


  brazil-flag-copie-1.jpg

• Les Brésiliens estiment qu'il ya un besoin pour une redistribution du pouvoir des pays développés aux  pays en développement.

 

• La Chine envisage une «structure plus" rassemblant les différentes institutions et les groupes qui ont été créés récemment. Elle voie le G-20 comme étant une avancée, mais pose la question si les dif

china-flag2.jpg

férences Nord-Sud ne feront pas obstacle à la coopération, sur des questions autres que l'économie.

 

• Pour les participants de la région du golfe Persique, la question tourne autour de quel genre d'institutions mondiales les plus capables pour le partage du pouvoir inclusif. Ils ont déploré le manque d'organisations régionales puissantes.  

 

india.jpg

• Les Indiens pensaient que les organisations internationales existantes sont «nettement insuffisant», et s'inquiète d'une «absence d'un équilibre interne en Asie pour assurer la stabilité." Ils ont estimé que l'Inde n'est pas bien placée  pour contribuer au développement des institutions régionales pour l'Asie, étant donné le rôle prépondérant de la Chine dans le région.

 

• Les experts Russes consultés voient la Russie dans le monde en 2025, toujours comme l'une des grandes puissancerussia.jpgs, mais avec beaucoup plus de possibilités pour une coopération transnationale. Les Russes s'inquiètent du manque relatif de la «sécurité transpacifiques.".

Selon eux la Chine, avec sa plus grande économie sera le principal facteur de changement mondial.

 

south-africa.jpg

• Les Sud-Africains estiment quand à eux,que la mondialisation semble être un renforcement de la régionalisation plutôt qu'une création d'une entité politique globale et unique.

Ils craignaient que les perdants de la mondialisation soient de plus en plus nombreux que les gagnants.

 

On rajoute aussi qu'en plus de la transition vers un monde multipolaire, le pouvoir est également déplace vers des acteurs non étatiques, qu'ils soient des agents ou des spoilers de la coopération.

Sur une note positive, les organisations non gouvernementales transnationales, des groupes de la société civile, des églises et organisations confessionnelles, les sociétés multinationales, les organismes de toute autre entreprise, et les groupes d'intérêt ont été tout autant, sinon plus efficace que les Etats à recadrer les problèmes et la mobilisation des publics, une tendance attendue à la continuité. 

L'émergence de groupements informels de grands pays, tels que le G-20, les perspectives de coopération régionale plus poussée, notamment en Asie de l'Est, et les multiples contributions des acteurs non étatiques à la coopération internationale-bien que très utiles, ne sont pas susceptibles de servir d'autres solutions permanentes à base de règles, y compris les institutions multilatérales. 

Les institutions multilatérales peuvent fournir des biens publics que les sommets, acteurs non étatiques et les cadres régionaux ne peut pas fournir, ou ne peut pas le faire de manière fiable.

Beaucoup d’interlocuteurs, ont souligné la nécessité pour les décisions bénéficiant de la légitimité universelle, la fixation de normes de comportement des modèles prévisibles basés sur la réciprocité, et d'un commun accord des instruments pour résoudre les litiges et les délits de recours, comme en matière de commerce. 

Les risques d'un système de gouvernance mondiale non réformé, sont susceptibles de cumuler au fil du temps. Crises-tant qu'ils ne sont pas insurmontables, peut effectivement stimuler l'innovation et le changement dans le système. L'inaction sur l'augmentation à long terme, les risques d'un effondrement complet.

 

Scénario I: Maintenir à flot...

Dans ce scénario considéré comme le plus probable, au cours des prochaines années, aucune crise majeure ne sera capable de menacer le système international.

Les crises sont traitées en ad hoc,pour cela  des institutions serons conçues pour permettre le dépistage et l’identification à temps, pour permettre d’éviter les aspects les plus menaçantes d'entre eux.

Les institutions formelles resterons en grande partie non réformées, et les pays occidentaux assumerons une part disproportionnée de la «gouvernance mondiale» que les pays en développement.Cela évitera les perturbations « à la maison » !!.

Ce qui est remarquable ici,est que cet avenir n'est pas viable sur le long terme car il présume l’absence de crise difficile menaçant le système international.

 

Scénario II: Fragmentation...G20-Protest.jpg

Les états puissants et certaines régions, tentent de se murer contre les menaces extérieures. Sous cette vision,l’Asie construit un ordre régional économiquement autonome.

La survie de la mondialisation sera assurée par des systèmes de communication d'envergure. L'Europe se repli sur soi et lutte contre un prévisible mécontentement croissant du principalement à la baisse du niveau de vie social.

Avec un effectif de plus en plus, les États-Unis pourrait être dans une meilleure position, mais peut encore être financièrement limités, à cause de ses déficits budgétaires et des problèmes de la dette à long terme.

 

Scénario III: L’accord de l'Europe Redux

Dans ce scénario, de graves menaces pour le système international peut-être un désastre environnemental ou un conflit qui risque de se propager.

Une réforme importante du système international devient possible, bien que moins susceptibles que les deux premiers scénarios dans l'avenir immédiat, un tel scénario pourrait se révéler le meilleur résultat sur le long terme, la construction d'un système internationale qui allait renforcer le niveau de la coopération globale sur une série de problèmes.

Les Etats-Unis, la Chine et l'Inde augmentent leur partage des charges et l'UE prend un plus grand rôle dans le monde. Un accord stable pourrait également se produire progressivement sur une longue période, où les  écarts économiques et de rétrécissement par converge revenu par habitant.

 

Scénario IV: la réalité du jeu ou les atouts de la coopération des conflitsG20-clash.jpg

Ce scénario est parmi les moins susceptibles, mais la possibilité ne peut pas être rejetée. Le système international devient menaçant en raison de perturbations internes, en particulier dans les puissances émergentes comme la Chine. Des pressions nationalistes construire que les aspirations de la classe moyenne pour la «meilleure vie» sont dans une impasse.

Les tensions entre la construction aux États-Unis et la Chine, mais aussi chez certains concurrents poussent à une course vers les ressources et vers les clients.

Une course aux armements nucléaires au Moyen-Orient pourrait donner un coup tout aussi déstabilisant pour les perspectives de croissance mondiale.


Pour approfondir le sujet voilà un lien internet :

The Atlantic council : link

nato-flags.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by N . Boughachiche - dans OPINIONS & ANALYSIS
commenter cet article

commentaires

Kaka 02/10/2010 12:49


Bravo!