Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 novembre 2011 3 30 /11 /novembre /2011 10:18

world-aids-day-logo.jpeg

Le rapport 2011 de l'Onusida souligne le bénéfice d'une amélioration de l'accès aux traitements, qui concerne désormais près de la moitié des patients éligibles à la thérapie antirétrovirale. Mais ce point positif ne doit pas faire oublier que l'épidémie continue de progresser dans certaines zones.

Quelques chiffres permettent de comprendre l'optimisme affiché lors de la présentation du rapport 2011 de l'Onusida : les décès liés au virus sont passés de 2,2 millions en 2005 à 1,8 million en 2010. Au total, près de 2,5 millions de décès ont été évités dans les pays à revenu faible ou intermédiaire grâce à un meilleur accès au traitement depuis 1995.

Mais en 2010, 34 millions le nombre de personnes vivant avec le VIH dans le monde et le nombre de nouvelles contaminations a tendance à stagner depuis près de 5 ans.

Un accès aux traitements en forte progression

Du côté des bonnes nouvelles, le rapport note que les nouvelles infections à VIH ont affiché une baisse de 21 % dans le monde entre 1997 et 2010. D'autre part, les décès associés au sida ont également diminué de 21 % depuis 2005. Selon les experts d'Onusida, cette évolution est en lien direct avec l'amélioration de l'accès au traitement.

Aujourd'hui, 47 % des patients (6,6 millions) éligibles à la thérapie antirétrovirale peuvent désormais y accéder. Dans ce domaine, les progrès sont impressionnants puisqu'ils correspondent à une hausse de 1,35 million de personnes depuis 2009.

On estime à près de 2,5 millions le nombre de décès évités dans les pays à revenu faible ou intermédiaire du fait de l'accès accru au traitement du VIH depuis 1995.

Dans le détail, le rapport souligne les bons résultats au Botswana (où l'accès aux traitements de 80 % des patients a permis de réduire de deux tiers les nouvelles infections par rapport à la fin des années 90), aux Caraïbes, en République dominicaine et en Jamaïque (où le nombre de nouvelles infections a chuté de près d'un quart depuis 2001), au Kenya (où la mise en place de la circoncision masculine dans province de Nyanza aurait permis d'éviter 2 000 nouvelles infections)… "Même dans une crise financière très difficile, les pays obtiennent des résultats dans le domaine de la riposte au sida. Nous avons vu un élargissement massif de l'accès au traitement du VIH, qui a eu un effet spectaculaire sur la vie des gens partout dans le monde", s'enthousiasme Michel Sidibé, directeur exécutif de l'Onusida.

Une épidémie qui continue de progresser..

La comparaison des taux d'infection, des nouvelles contaminations et des effets des campagnes de prévention avec des dates différentes (fin des années 90, 2001 ou 2009) ne facilite pas la lecture des chiffres donnés par l'Onusida.

Si l'amélioration de l'accès aux traitements est irréfutable, on peut s'interroger sur la réelle tendance concernant l'épidémie.

En se replongeant dans les rapports 2010 ou 2009, on note que le nombre de nouvelles contaminations stagne (2,7 millions en 2008, 2,7 en 2009…). "Si on peut se réjouir d'une amélioration de l'accès aux soins, on peut noter un sérieux bémol concernant la dynamique de l'épidémie au niveau des pays du Sud mais également en Europe, où les chiffres concernant les nouvelles contaminations restent relativement stables" regrette le Pr. Delfraissy, directeur de l'Agence National de recherche sur le sida.

Le SIDA en Algérie ..

sida_algeria.jpgLes chiffres concernant les personnes atteintes du Sida en Algérie en 2010 sont contradictoires, alors que l’Organisation Mondiale de la Santé indique qu’ils sont estimés à 11 mille. En marge de l’atelier de formation des intermédiaires, qui seront chargés de convaincre et d’attirer les personnes atteintes du virus du Sida, le Pr Abdenour Djamel a indiqué que le nombre de personnes attentes du virus dépasse celui annoncé officiellement et estimé à 2 910 cas.

Il a ajouté que le nombre relativement exact est de 11 mille cas, selon le programme élaboré par l’Organisation Mondiale de la Santé.

Par ailleurs, il a précisé que ce nombre de malades du sida en Algérie reste éloigné de la réalité, même s’il a nié les chiffres avancés, par certaines parties, qui varient entre 25 et 30 mille cas. Toutefois, le problème, qui se pose actuellement, selon les spécialistes, est la manière par laquelle on limite la propagation du virus et on identifie les cas non répertoriés, qui ont dépassé 7 000 cas en Algérie, suite aux porteurs du virus qui évitent les laboratoires pour diverses raisons.

 

H I V    Animation

 

Voir aussi : SANTE : Classement Mondial des meilleurs Hôpitaux en 2011

                     ECONOMIE MONDIALE EN 2030 : L’inévitable dominance de la chine

                     RESSOURCES EN EAU DANS LE MONDE : entre conflits et de compromis

                     W.E.F  : Rapport sur la compétitivité mondiale 2010-2011

                     DEVELOPPEMENT : Tout sur l'Indice de développement humain (IDH)

                            Découvrez INSIM Constantine et la 3éme Promotion MBA !

Partager cet article

Repost 0
Published by N.Boughachiche - dans FOOD & HEALTH CAR
commenter cet article

commentaires